Inauguration de la nouvelle cogénération.

Voici l'article paru dans le courrier de l'ouest du Dimanche 5 Mars 2017.

 

Article Courrier de l'Ouest du dimanche 5 mars 2017

 

Télécharger l'article au format pdf

inauguration de la centrale de cogénération Bellard Crochet en présence de Laurent DAMOUR (maire de Ste Gemmes), Roselyne BIENVENU (première adjointe d'Angers Loire Métropole) et de Jean-Charles TAUGOURDEAU ( Député)

Inauguration de la centrale de cogénération Bellard Crochet en présence de

Laurent DAMOUR (maire de Ste Gemmes sur Loire), Roselyne BIENVENU (première adjointe d'Angers Loire Métropole) et de Jean-Charles TAUGOURDEAU ( Député),

ainsi que des représentants d'EIFFAGE ENERGIE et des gérants de BELLARD-CROCHET

 

Article Courrier de louest du dimanche 5 mars 2017 1024 

 

Voici l'article paru en page 4 du courrier de l'ouest du 22/02/2017.

Article Courrier de l'ouest du Mercredi 22 février 2017

Télécharger l'article au format pdf

En quelques mois, l’horticulture angevine a vu faner plusieurs entreprises centenaires. Si certains producteurs y voient une fatalité, d’autres se retroussent les manches pour résister à la crise, comme Bellard-Crochet à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Grâce à sa fusion avec Fleurs de l’Authion en 2015, le producteur de plantes fleuries a pu investir 2,6 millions d'euros dans un moteur de cogénération, qui chauffe ses serres à moindre coût. "C'est la seule façon de redevenir compétitif", assure Louis-Luc Bellard, l'un des associés.

A Soucelles, Hortensias France Production a misé sur l'innovation. Créée en 2010, sa variété brevetée Magical, dont les fleurs changent de couleur, représente désormais un quart de la production. "On a créé nous-mêmes la demande", analyse Kees Eveleens, qui co-dirige l'entreprise. Malgré la crise, le nombre de plants vendus a augmenté de 50% en cinq ans.

Pour Gino Boismorin, directeur du pôle de compétitivité Vegepolys, l'innovation, l'investissement et la collaboration seront les trois clés du rebond de la filière.

A lire dans Le Courrier de l'Ouest du mercredi 22 février.

Bellard-Crochet cultive des plantes fleuries sur 7,5 hectares à Sainte-Gemmes et Brain-sur-l'Authion.Bellard-Crochet a investi dans un moteur de cogénération, qui chauffe ses serres pour un coût quasiment nul. 

Article Courrier de l'ouest du Mercredi 22 février 2017 

 

Fusion de 2 entreprises horticoles angevines : BELLARD-CROCHET et les FLEURS de L’AUTHION

Les dirigeants des 2 entreprises horticoles angevines ont décidé d’unir leurs forces pour préparer l’avenir et adapter leurs entreprises à un marché en mutation depuis Sainte Gemmes sur Loire. Une démarche positive qui va vers la mutualisation.

À compter du 1er septembre 2015, le Gaec les FLEURS de L’AUTHION et le Gaec BELLARD-CROCHET fusionnent.
La nouvelle entreprise créée, BELLARD-CROCHET, disposera ainsi d’une plus grande capacité de production avec une qualité de service renforcée pour ses clients.

Les entreprises horticoles BELLARD-CROCHET (Ste Gemmes sur Loire) et les FLEURS de L’AUTHION (Brain sur l’Authion) annoncent ce jour leur rapprochement sous la forme d’une fusion. «  Dans un marché en mutation, unir nos forces et adapter nos entreprises nous ont motivés à fusionner », déclare Louis-Luc BELLARD, l’un des dirigeants de BELLARD-CROCHET. «  C’est un projet d’hommes. Nous nous connaissons depuis longtemps puisque j’ai travaillé pendant 10 ans chez BELLARD-CROCHET avant de créer avec Benoît GALLARD le Gaec Les FLEURS de L’AUTHION », précise Eric BARANGER.
Jean-Louis CROCHET a souhaité quitter l’entreprise pour mener à bien de nouveaux projets.

La nouvelle entreprise BELLARD-CROCHET :
À l’issue de la fusion qui sera effective à compter du 1er septembre 2015, la nouvelle entreprise BELLARD-CROCHET sera dirigée par ses 5 co-actionnaires : Louis-Luc BELLARD, Pascal BELLARD, Emmanuel CROCHET, Eric BARANGER et Benoît GALLARD.

L’entreprise disposera d’un outil de production de 7,4 ha de surfaces couvertes et de  3 ha de surfaces plein-air répartis sur 2 sites de production  : Sainte Gemmes sur Loire et Brain sur l’Authion. «  Ce regroupement va nous permettre de mutualiser nos moyens de production, nos services et gagner en productivité  », ajoute Emmanuel CROCHET.

À destination d’un marché de jardineries, grossistes et horticulteurs détaillants, l’entreprise sera spécialisée dans la production de plantes à massifs (annuelles et bisannuelles) et de plantes en pot fleuries.

Jusqu’à fin août 2015, Les FLEURS de L’AUTHION continuera d’assurer directement la commercialisation de ses produits dans le cadre de ses engagements commerciaux et d’accompagner au quotidien ses clients partenaires. Les FLEURS de l’AUTHION restera une marque de la nouvelle entreprise.

Fusion de 2 entreprises horticoles angevines : BELLARD-CROCHET et les FLEURS de L’AUTHION